© 2014 par Marie Maupay. Site propulsé par  StarsDesigner

Interview de Marie Maupay

Par Agnès-Emmanuelle Guerrier, Diététicienne-Relaxologue.

 

A-E G : Marie Maupay, pourquoi avez-vous choisi de développer cette activité axée sur les massages ?

 

MM : Masser procure une immense sensation de bien être et de lâcher prise : tout le monde vous le dira.

Mais dans notre société occidentale, le toucher n’est pas vraiment important, ni reconnu.

J’ai envie de faire prendre conscience au gens qu’ils ont un corps et que ce corps leur parle, à travers les petits maux du quotidien.

J’ai le sentiment que si les gens prenaient le temps de se faire masser plus régulièrement, ils se concentreraient plus sur les choses essentielles de leur vie.

 

 

A-E G : Et pourquoi ce massage « Douceur du Monde » plutôt qu’un autre ?

 

MM : D’abord, ce massage porte très bien son nom : toute la douceur de plusieurs techniques du monde entier, réunie en un seul massage, c’est un peu comme un « best of » des massages les plus réputés : coréen, japonais, indiens, ayurvédique, suédois …

Ce qui donne un massage extrêmement fluide, profond et apaisant.

 

A-E G : Pensez-vous que vos massages, même s’ils sont classés bien-être, puissent également avoir des vertus thérapeutiques ?

 

MM : Il est clair que les massages ne remplacent pas un traitement médical, mais peuvent participer activement à la guérison du patient, comme soulager des angoisses, favoriser la détente et le sommeil, libérer des tensions.

Il permet surtout, à mon sens, de prendre conscience de son corps, trop souvent oublié et malmené.

Comme le dit si bien Marc Gendron : « Pas de connaissance de soi qui ne passe par le corps ».

Cela paraît évident, mais nous ne savons plus ressentir les émotions par le corps car souvent nous les inhibons dès qu’elles se manifestent.

L’origine de la majorité de nos maux physiques et pathologiques débute par cette inhibition.

Se faire masser permet de se reconnecter avec son corps et ses émotions.

C’est pourquoi il arrive parfois qu’un massage fasse pleurer l’individu.

Le toucher peut quelquefois agir à un degré plus profond que la parole ou le médicament.

En ce sens, les massages sont complémentaires à une approche thérapeutique globale de la personne.

 

 

A-E G : Pensez-vous qu’il faille un don particulier pour faire des massages ?

 

MM : Il faut avant tout une formation bien solide et encadrée. Ensuite, il me semble qu’avoir une sensibilité développée, un ressenti particulier, est nécessaire.

Enfin, une approche par le cœur est la clé pour aboutir à un massage complet, c'est-à-dire à la fois technique, physique, fluide et profondément libérateur, voire même thérapeutique.